Pénurie de main-d’œuvre : où est le problème ?

, , , ,
Est-ce le régime d’indemnisation des demandeurs d’emploi qui en est la cause, ou les conditions d’embauche et de travail proposées aux salariés ? Actualité d’une question alors qu’une réforme de l’Unédic, dénoncée par toutes les confédérations syndicales, s’annonce pour octobre 2021. Un entretien avec Frédéric Lerais, économiste, directeur de l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires).

Options  : Le gouvernement et le patronat l’affirment : une pénurie de main-d’œuvre menacerait les entreprises. Qu’en est-il réellement ?

Frédéric Lerais : Avant toute chose, précisons que, chaque fois, qu’il y a reprise économique, ce discours resurgit : le marché du travail souffrirait d’un manque cruel de salariés. Pas d’une pénurie de main-d’œuvre ; cela, l’économie française n’en est pas menacée. Il y a en effet des difficultés de recrutement sur certaines compétences ou dans certains secteurs comme la santé, les cafés-hôtels-restaurants ou les transports. Mais le problème est davantage microéconomique que macroéconomique.

Incontestablement, le taux de chômage a baissé ces derniers mois pour atteindre désormais le niveau d’avant crise. Il ne serait plus aujourd’hui que de 8 %. Mais ce chiffre correspond à une définition resserrée de ce qu’est la recherche d’emploi. Il est fondé sur la définition qu’en donne le Bit, à savoir : est chômeur toute personne de 15 ans ou plus qui n’a pas travaillé au moins une heure pendant une semaine de référence, et qui est disponible pour prendre un emploi dans les quinze jours, ou en a trouvé un qui commence dans les trois mois. C’est une définition qui ne tient pas compte de toutes les personnes situées dans le halo du chômage.

«  C’est un fait : la violence de la crise que nous venons de vivre a conduit beaucoup de salariés à revisiter leur projet de vie, à changer de métier ou de région.  »

« Halo du chômage », c’est-à-dire ?

– Pour une raison ou pour une autre, de nombreuses personnes ne correspondent pas à la définition que je viens de citer. Parmi elles, il y a les salariés qui ne sont pas disponibles immédiatement ou qui ne recherchent pas d’emploi. Évoquer la situation de l’emploi impose de considérer le marché du travail dans toutes ses dimensions. Au total, toutes catégories confondues, la France compte aujourd’hui plus de 6 millions de demandeurs d’emploi. Bien sûr, et nul ne le conteste, certaines entreprises risquent de rencontrer, dans les semaines qui viennent, des difficultés pour recruter. C’est un fait : la violence de la crise que nous venons de vivre a conduit beaucoup de salariés à revisiter leur projet de vie, à changer de métier ou de région. Beaucoup vont donc manquer à l’appel. Mais allons plus loin : interrogeons-nous sur leur volonté d’aller voir ailleurs, et sur la pertinence des exigences qui peuvent leur être faites en matière de diplôme, de formation ou de mobilité.

De salaires et de conditions de travail également…

– Bien sûr. Et il y a fort à parier que, profitant d’un rapport de force favorable sur le marché du travail, les revendications qui vont s’exprimer à l’embauche ne vont pas seulement toucher les entreprises au porte-monnaie mais aussi engendrer un regain de concurrence entre toutes pour trouver les compétences dont chacune a besoin. Sans doute cela devrait-il encourager le développement des négociations de branche. On verra s’il en est ainsi. Quoi qu’il en soit, les entreprises vont devoir agir pour recruter et stabiliser les salariés qui, dans les secteurs en tension, auront le marché du travail pour eux, et plus encore les prochains mois. Relever ce défi ne se fera pas en rognant les droits des demandeurs d’emploi.

C’est pourtant sous prétexte de pénurie de main-d’œuvre que, fin août, le gouvernement a déclaré que la réforme de l’Unédic devait aller à son terme…

– La volonté d’entamer les droits des demandeurs d’emploi n’est pas non plus une chose nouvelle. La reprise de l’activité à laquelle nous assistons en cette rentrée – reprise dont l’ampleur a surpris – , sert juste d’argument pour enfoncer le clou. Quelle catégorie cette réforme vise-t-elle ? Les « permittents », autrement dit les précaires. Or quels sont les salariés qui choisissent la précarité ? Peut-être en existe-t-il à la marge, mais vivre de contrats de travail de courte, voire de très courte durée, n’a jamais été un projet de vie, comme l’illustrent les travaux de la Dares. Qui plus est, s’il était vraiment question de lutter contre la précarité, on taxerait l’usage de contrats courts par les employeurs.

Or, pour l’instant, force est de reconnaître qu’il y a une réticence. Rappelons-nous du discours qui, pendant des années, a été servi sur la flexibilité : qu’il valait mieux être employé en Cdd que ne pas être employé du tout… Le débat qui accompagne le discours sur les difficultés de recrutement est finalement très intéressant. D’une certaine façon, il démontre que la précarité est en train de se retourner contre ceux qui pensaient pouvoir en imposer le modèle.

Diriez-vous que les chiffres du chômage encourageants livrés en cette rentrée lèvent les incertitudes économiques au nom desquelles, en juin, le Conseil d’État avait, contre l’avis du gouvernement, suspendu la réforme de l’assurance chômage ?

– La sortie de crise reste à faire. Si l’État a débloqué des fonds comme jamais pour atténuer les effets du confinement, nul ne sait quels effets vont avoir la disparition des aides versées pendant des mois aux entreprises, ou la levée du dispositif de chômage partiel. En juillet 2021, plus de 600 000 salariés bénéficiaient encore de ce dispositif. Que vont-ils devenir ? Les faillites évitées ces dix-huit derniers mois vont-elles encore pouvoir l’être dans les mois qui viennent ? La sérénité n’est pas de mise. D’ailleurs, cette incertitude et, avec elle, l’ampleur des fonds dépensés pour accompagner les entreprises, justifiera peut-être demain l’avènement d’un plan de rigueur, avec tous les effets négatifs sur l’emploi qu’il pourrait engendrer.

Même si la crise née de la pandémie ne peut pas être comparée à la crise financière de 2008, nul ne peut exclure que l’histoire ne se répète. À quelle échéance ? Pas avant l’élection présidentielle. Mais après ? En menaçant le devenir des services publics, une telle politique, si elle devait s’imposer, questionnerait l’avenir du système de protection sociale, et même notre modèle de société.

L’intervention de l’État, affirmée ces derniers mois pour préserver les emplois, a été vivement saluée. Quel avenir cet interventionnisme peut-il avoir ?

– Une chose est sûre : l’interventionnisme étatique ne garantit pas automatiquement une protection renforcée des salariés. Pour preuve, la stratégie développée par le gouvernement dans la gestion de l’Unédic. L’interventionnisme peut se faire avec ou contre les acteurs sociaux. Il peut être porté par un projet social ou libéral.

«  Si l’on veut éviter que des secteurs entiers peinent à trouver de la main-d’œuvre, il faut pouvoir augmenter les salaires  »

Quelles mesures, selon vous, seraient les marqueurs d’une politique favorable à un emploi de qualité ?

– « Pour ne pas nuire à l’emploi » selon ses mots, le ministre de l’Économie a exclu, début septembre, une hausse du Smic au-delà de l’inflation. Cette position n’est pas tenable, tout comme ne l’est pas la poursuite des exonérations de cotisations sur les bas salaires. Si l’on veut éviter que des secteurs entiers peinent à trouver de la main-d’œuvre, il faut pouvoir augmenter les salaires et, pour cela, se prémunir des trappes à bas salaires que génèrent ces aides. Ensuite, il faut sortir de l’idée que les demandeurs d’emploi ne veulent pas travailler, ou qu’il serait urgent d’augmenter le temps de travail. Plus aucune contrainte ne pèse sur les entreprises qui voudraient faire faire des heures supplémentaires à leurs salariés. En finir avec les trente-cinq heures, comme le demande le Medef, est un choix politique. En rien une nécessité.

Diriez-vous que la question de l’emploi, telle qu’elle se pose en France en cette rentrée, est partagée en Europe ?

– La question des rémunérations, et tout particulièrement celle des salariés de deuxième ligne, l’est fortement. Mais ce n’est pas le seul sujet sur lequel les organisations de défense des salariés peuvent se retrouver. Dans notre dernière Chronique internationale, plusieurs articles le laissent à penser. L’un d’eux, notamment, consacré au Royaume-Uni, illustre la complexité des rapports entre les politiques de l’emploi et l’évolution des inégalités sur le marché du travail – son auteur démontrant qu’il n’existe aucune évidence en la matière…

En s’appuyant sur le cas de l’Irlande, un autre article pose la question, devenue centrale aujourd’hui, de la fiscalité des grands groupes. Comme le reste de l’Europe, ce pays a dû faire face à la pandémie. Mais il a été le seul État membre de l’Union à enregistrer une croissance positive en 2020. Il l’a été grâce au dynamisme des secteurs de l’industrie pharmaceutique et des technologies de l’information et de la communication. Des secteurs dominés par des multinationales étrangères, qui ont profité de la crise sanitaire sans que la richesse créée ne profite nullement à l’emploi ni aux revenus des Irlandais… La croissance peut donc reprendre. Mais au profit de qui ?

Propos recueillis par Martine Hassoun

À lire également

Biblio

  • Philippe Meirieu, Ce que l’école peut encore pour la démocratie, Autrement, août 2020, 280 pages, 19,90 euros.
  • Anicet Le Pors, Gérard Aschieri, La Fonction publique du XXIe siècle, L’Atelier, à paraître en mars 2021, 22 euros.

Web