Un guide Ugict-Cgt pour des accords de télétravail réussis dans la fonction publique

, ,
Options - Le journal de l'Ugict-CGT
DR
Jésus de Carlos, co-secrétaire général de l’Ufict-Cgt de la Fédération des services publics, explique les fondements de la création de ce guide. Un outil précieux pour gagner de nouveaux droits et mieux encadrer le télétravail.

Un total de 16 thématiques (conditions de travail, temps de travail, égalité professionnelle, protection des données…) pour « questionner les collègues, interpeler l’employeur et construire des revendications ». C’est en résumé l’ambition des 68 pages de ce guide édité début février par l’Ugict-Cgt dans un contexte de déploiement massif du télétravail à la faveur de la crise sanitaire, souvent à la « va-vite » et en mode dégradé.

« La crise sanitaire a évidemment fortement impacté le travail en présentiel. On a constaté des dysfonctionnements nombreux dans l’application du télétravail, notamment pour la santé des cadres, et des variations importantes. Les organisations du travail et la place du management, l’encadrement ont été dégradés par le télétravail » tient à souligner Jésus de Carlos.

Il est donc important, pour les agents publics, d’avoir un cadre qui apporte des garanties et ouvre de nouveaux droits. « Ce guide s’appuie sur la signature d’un accord-cadre le 13 juillet 2021

Un cadre légal positif sur lequel s’appuyer

Un accord-cadre qui, en permettant différentes avancées, est jugé positivement par Jésus de Carlos.

Citons  : des négociations locales pour le droit à la déconnexion (avec limites sur les serveurs et bornages horaires), une indemnité pour les frais occasionnés lors des jours de travail à la maison (électricité, chauffage, internet) et la prise en compte des problématiques liées au numérique et à l’égalité professionnelle. «  Il était hors de question de reporter sur les femmes la charge de travail, plus la vie domestique ou la garde des enfants, souligne le responsable syndical. Quand on est en télétravail, on ne s’occupe pas des enfants  ».

Options · Accord national sur le télétravail dans la fonction publique, les plus et les moins

Avec cet accord-cadre, les négociations pour des accords locaux doivent tenir compte des revendications et des questions que les cadres et techniciens se posent. Il subsiste des difficultés qu’un accord local doit traiter comme l’isolement et l’intensification du travail. Elles vont de pair avec des injonctions plus nombreuses et un surcontrôle. « Les questions portent à la fois sur un management à distance et une charge mentale qui augmente, et une disparition des temps communs entre salariés, sans temps informels à la machine à café, au restaurant d’entreprise, etc.  »

Obtenir un accord du mieux-être au (télé) travail

Ce guide des négociations publié par l’Ugict-Cgt propose à la fois des pistes concrètes pour conclure des accords les «  plus élevés possibles ». La diffusion du guide doit se traduire par une meilleure information et permettre le développement de formations. « Nous proposons un projet d’accord qui reprend des lignes des guides précédents (sur le numérique, manager à distance) en abordant tous les sujets  », y compris celui du mieux-être dans les cadres de télétravail.

« Il y a un consensus syndical qui permet de tirer les accords locaux vers le haut. Toutes les organisations syndicales ont signé l’accord de juillet 2021, et localement, nous observons des logiques unitaires », précise Jésus de Carlos. L’Ugict-Cgt reste opposée à la fin des bureaux personnels, avec un objectif de baisse des coûts. Si le télétravail a pu répondre à une aspiration des agents, il impose une hybridation complexe des modes d’organisation « C’est tout l’intérêt de former les militants pour pouvoir décliner chaque accord en fonction des enjeux locaux.  » En juin et septembre 2022, deux webinaires devraient impulser la démarche revendicative dans les services publics.

Les guides Ugict-CGT à retrouver :

Lennie Nicollet