Fonction publique : ce qui autorise l’affaire McKinsey 

,
Options - Le journal de l'Ugict-CGT
Selon un rapport sénatorial, un milliard d’euros aurait été versé aux cabinets privés. ©IP3 PRESS/MAXPPP
La fraude fiscale dont le cabinet s’est rendu coupable est surtout révélatrice de la connivence entre la très haute fonction publique et les experts venus du privé. Entretien avec Julie Gervais, maîtresse de conférences en science politique à la Sorbonne et coautrice, avec Claire Lemercier et Willy Pelletier, de La Valeur du service public.

Options : Rarement rapport sénatorial aura autant fait scandale que celui rendu public le 17 mars sur l’influence grandissante des cabinets de consultants dans la définition des politiques publiques. Quelle analyse en faites-vous ? 

Julie Gervais : Cette réaction confirme autant l’attachement aux services publics de la population que le besoin de débat au sortir de la crise sanitaire. Quelle société voulons-nous ? Comment pensons-nous pouvoir organiser le vivre-ensemble ? Après les deux années que nous venons de vivre, le rapport sénatorial soulève des questions fondamentales. Le grand public peut-il accepter que des dépenses faramineuses aient été engagées au profit de grands cabinets privés alors que cela fait des années que l’hôpital gère la pénurie ? 

Si l’on en croit les sénateurs, 1 milliard d’euros au moins leur a été versé. Sur quels présupposés l’État a-t-il pu débourser une telle somme ?

Attention à ne pas s’y méprendre : l’État n’a pas été trompé. Nul cabinet n’a forcé la porte de ses services. Si les grands cabinets de conseil sont parvenus à faire du secteur public un marché juteux, c’est qu’on les y a invités. Sans collaboration entre leurs dirigeants et la très haute fonction publique, rien n’aurait été possible. Ensemble, ils se sont accordés sur l’urgente nécessité d’une « modernisation » des services publics. Autrement dit, la fin des « habitudes » ou « des corporatismes » et l’introduction de la culture du profit et celle d’un « sang neuf ». 

Depuis quand cette approche s’impose-t-elle ? 

On pense souvent que la présence des cabinets de conseil dans le secteur public date des années 2000. Or ils commencent à intervenir dès les années 1980, avec la décentralisation. C’est après cela, au cours des années 1990, que les grands cabinets ont pénétré les services de l’État. Ce mouvement s’est ensuite accéléré dans les années 2000, sans que jamais il n’ait été arrêté.

Si, sous François Hollande, le recours aux cabinets de conseils a été moins central, il n’a pas pour autant disparu. Et il s’est accéléré sous la présidence d’Emmanuel Macron. Et pas seulement à cause de la pandémie. Le rapport sénatorial le révèle : le budget dévolu à la crise sanitaire est minoritaire dans les sommes versées aux cabinets de conseil ces deux dernières années. 

De quelle défaillance les fonctionnaires se rendent-ils coupables pour que ce type de mission leur échappe ?

D’aucune autre que celle que la très haute fonction publique organise en réduisant les dépenses publiques et en privant ainsi les services du temps et des compétences indispensables à l’action publique. L’« incapacitation » de l’État est une stratégie délibérée. La responsabilité du personnel politique et des très hauts fonctionnaires est pleine et entière.

Elle est le fruit d’une collusion entre les plus hauts sommets de l’État et les experts des grands cabinets de conseil. Une complicité qui se fonde sur une culture commune et une trajectoire professionnelle et de formation partagée : Ena, école de commerce, carrière entre l’administration et le secteur privé. Avec Claire Lemercier et Willy Pelletier, nous considérons que ce groupe forme une « noblesse managériale publique-privée ». 

« Noblesse managériale publique-privée » : qu’entendez-vous par là ? 

Cette « Nmpp », comme on l’appelle, désigne le sommet de cette élite, les personnes qui sont aux manettes des réformes dites « modernisatrices ». Contrairement à beaucoup de hauts fonctionnaires qui mènent leurs carrières au sein de l’État, ces très hauts fonctionnaires circulent sans cesse du public au privé et ainsi de suite, navigant du ministère des Finances au cabinet de conseil McKinsey. Ils n’ont pas le même attachement au service public ni à l’intérêt général. Et c’est leur passage même dans le privé qui leur garantit d’ailleurs une carrière réussie au sein de l’État.

Parler de « noblesse managériale publique-privée », ça permet de désigner ces circulations et les groupes qui sont ainsi mis en contact. Ça inclut donc aussi des personnes du privé, banquiers comme consultants, qui participent aux réformes de l’État, aux côtés des très hauts fonctionnaires. Ce ne sont pas les hauts fonctionnaires le problème, mais ceux qui les dirigent. 

Mais que penser de cette efficacité supérieure qu’assureraient les cabinets ? 

De quelle efficacité parle-t-on ? Lorsque les cabinets imposent l’idée qu’une infirmière spécialisée qui défend ses savoirs et son métier est une professionnelle qui s’encroûte et doit sortir de sa « zone de confort », ça nous dit quoi de leur vision de l’efficacité ? Le départ en masse de l’hôpital des professionnels de la santé, c’est le symptôme d’une efficacité ?

Ne considérer la compétence et l’expérience professionnelles que sous l’angle d’une dépense, ça pousse les gens au désespoir et ça ruine la qualité des services publics. Faut-il le rappeler : la carte du vote d’extrême droite se calque sur celle de la désertification des services publics. En allongeant les files d’attente devant les guichets, en supprimant les maternités ou en dématérialisant l’accès au Rsa, on ne fait preuve d’aucune efficacité. On ne suscite que de l’humiliation et de la colère.

Pensez-vous que le rapport du Sénat peut avoir un effet salvateur ? Permettre de rétablir les services publics dans leur fonction et dans leur rôle ? 

Le travail des sénateurs permet en tout cas d’ouvrir le débat. Il brise le tabou. Celui, par exemple, qui entoure la pratique des prestations pro bono des cabinets, qui sont des services rendus à titre gratuit par les cabinets. C’est ainsi que Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron en ont usé pour préparer leur campagne présidentielle respective. Et c’est ainsi que, ni vu ni connu, sans traces ni factures, McKinsey ou Boston Consulting Group espèrent ensuite obtenir de futurs marchés publics.

Au-delà même, l’absence de traces permet des renvois d’ascenseur via des nominations croisées au sein de la noblesse managériale. Mais ne soyons pas naïfs. Les cabinets ne sont pas les agresseurs, pas plus que l’État ne serait une victime. Si l’on veut défendre le service public, il faut s’interroger sur ce qui autorise la connivence et fait des uns et des autres les fossoyeurs de ces services publics. 

Propos recueillis par Martine Hassoun

La valeur du service public

Julie Gervais, Claire Lemercier, Willy Pelletier

La Découverte, 2021. 22 euros.