Le bilan annuel de l’Apec révèle, sans surprise, que les femmes cadres sont multipénalisées par la crise.

©Eric Audras/6PA/MAXPPP
En 2020, elles ont gagné 8 % de moins que les hommes, à poste comparable. Elles ont aussi été moins augmentées, montre une étude de l’Association pour l’emploi des cadres.

Ce n’est pas une surprise, mais une confirmation : selon le bilan annuel (1) de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec), l’année 2020 a été marquée par une accentuation de l’écart des salaires entre les femmes et les hommes. Si, à poste comparable, elles ont gagné 8 % de moins que les hommes, la différence atteint 15 % en moyenne. S’agit-il d’un effet de la crise sanitaire ? Sur ce point, l’Apec reste prudente dans son analyse, en particulier parce que les écarts restent stables dans le temps : depuis une dizaine d’années, ils s’établissent en effet à ce niveau, autour de 15 %. Il n’empêche : les chiffres de 2020 interviennent après une réduction des écarts observée en 2019. Ils s’expliquent en outre par le fait qu’au cœur de la crise du Covid la hausse des rémunérations a surtout concerné les hommes : 40 % d’entre eux ont bénéficié d’une augmentation de salaire, contre 35 % des femmes, alors que ces deux taux sont habituellement similaires.

Une pression hiérarchique accrue

Au total, montre le baromètre, la rémunération annuelle brute médiane – comprenant le salaire fixe et la part variable – des cadres du secteur privé est restée stable, autour de 50 000 euros. En dépit, d’ailleurs, des difficultés économiques face à la crise du Covid et à l’arrêt de certaines activités lors des confinements successifs. Mais cette moyenne masque comme toujours des disparités : cette rémunération, dont l’augmentation est essentiellement liée à l’essor de la part variable, atteint en effet 53 000 euros annuels pour les hommes, mais chute à 46 000 euros annuels pour les femmes.

Dans « Femmes cadres et crise sanitaire », une étude spécifique également publiée en septembre, l’Apec va au-delà de la question des rémunérations pour s’intéresser au creusement d’autres inégalités. Inégalités qui se sont accentuées en lien avec l’essor du télétravail, davantage pratiqué par les femmes cadres alors qu’elles représentent un tiers de la catégorie (voir l’encadré). Là aussi, les données mises en évidence confirment des tendances déjà documentées dans d’autres études. Pour les femmes cadres, la crise sanitaire a ainsi été une source de stress (65 %), synonyme plus précisément d’allongement des horaires (65 %) et de pression hiérarchique accrue (59 %). Et ce, notent les auteurs de l’enquête, « davantage que pour les hommes cadres ».

Portrait

Un tiers des cadres sont des femmes. Elles continuent d’être surreprésentées dans les métiers du secteur sanitaire et social, de la communication et des ressources humaines. Elles sont plus jeunes que les hommes : 44 % ont moins de 40 ans, contre 37 % des hommes cadres. Dans l’enquête menée par l’Apec auprès de 13 800 cadres du secteur privé interrogés en mars 2021, elles sont 78 % (contre 54 % des hommes) à dire qu’une femme avec enfants est freinée dans son évolution professionnelle. Elles sont aussi plus nombreuses que les hommes (36 % contre 23 %) à déclarer avoir connu une situation d’épuisement professionnel.

Les plus jeunes, moins de 30 ans, ne sont pas mieux lotis. Toujours en 2020, leur rémunération a également été « fragilisée », tous secteurs et toutes tailles d’entreprises confondus : en brut global, elle est passée de 40 000 euros à 39 000 euros annuels. « La crise, explique l’Apec, a notamment compliqué l’entrée dans la vie active des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur : ils ont mis plus de temps à trouver un emploi et, sous l’effet conjugué de la concurrence, leur salaire à l’embauche a baissé. » Plus nombreux à travailler dans les petites entreprises, les jeunes cadres ont aussi été davantage concernés par le chômage partiel, dont l’indemnisation n’a pas forcément couvert l’intégralité de leur salaire. Si 35 % des cadres de moins de 30 ans ont connu une période de chômage partiel, contre 28 % pour l’ensemble des cadres, ils sont deux sur cinq à avoir connu une baisse de revenus dans le cadre du dispositif.

Si la crise sanitaire a bien eu un effet majeur sur les augmentations octroyées aux cadres, c’est particulièrement vrai pour les plus jeunes d’entre eux. L’Apec en analyse le mécanisme : en 2020, comme par le passé, les jeunes cadres ont bien été les plus nombreux à être concernés par des augmentations salariales. Mais ils ont été globalement moins nombreux à en bénéficier (48 % en 2020 contre 62 % en 2019). Parce que les perspectives salariales sont fortement corrélées aux augmentations des premières années, la tendance inquiète : « L’impact de la crise sanitaire sur les augmentations de salaire pourrait se répercuter sur le long terme : les dernières crises économiques, de 2008 et de 2012, ont en effet ralenti les évolutions salariales des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. » Ce ralentissement a été observé, comme le souligne une étude (2) du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq), durant les dix premières années passées sur le marché du travail.

Christine Labbe

1. « Baromètre de la rémunération des cadres », Observatoire de l’emploi cadre, Apec, 2021.

2. « Des débuts de carrière plus chaotiques pour une génération plus diplômée », Céreq, 2019.