Gay Games : contre toutes les discriminations

, ,
Depuis 1982, les Gay Games (ici l’édition 2002) attirent des athlètes du monde entier. Photo : Greg Wood/Epa/Afp/Maxppp
Début août 2018, Paris accueille la 10e édition de ces olympiades arc-en-ciel qui se concluront par un appel « pour le sport pour tous ».

Quelque 15 000 participants venant de 70 pays sont attendus à Paris, du 4 au 12 août 2018, pour la 10e édition des Gay Games : des sportifs professionnels et amateurs, mais aussi des milliers de bénévoles adhérents des fédérations sportives partenaires vont se retrouver pour partager des valeurs de respect et d’égalité autour d’événements mêlant pratiques sportives et activités culturelles. Nés en 1982 aux États-Unis, les Gay Games sont en effet le contraire d’un événement « communautaire » : ils se vivent comme un moment de partage où « chacun a sa place ».

Parmi les partenaires de l’événement figurent la Ligue des droits de l’homme et l’Association européenne des droits de l’homme, dans le cadre d’un accord conclu avec les organisateurs à l’automne 2017. Dans un communiqué, elles se félicitent des « valeurs qui guident ces jeux », dont la valeur d’« inclusion » : contre toutes les discriminations basées notamment sur l’orientation sexuelle, le sexe, la race, la nationalité, l’origine ethnique, les convictions politiques, les capacités sportives, l’âge ou l’état de santé.

Aux côtés des 36 sports représentés, l’association Paris 2018 Gay Games et l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (Ufolep) proposeront un cycle de conférences internationales autour du sport et de la diversité. Trois thèmes principaux ont été retenus pour nourrir la réflexion : le sport comme outil de lutte contre les discriminations ; comme source de bien-être et de santé ; comme levier d’accessibilité et d’égalité. Ces conférences serviront à valider l’« Appel de Paris 2018 pour le sport pour tous ». Il contiendra 18 propositions concrètes destinées à l’ensemble du mouvement sportif ; elles seront rendues publiques le samedi 11 août 2018, lors la cérémonie de clôture des Jeux.

Christine Labbe