À Lorient, le Festival Eldorado se met à l’heure de la jeunesse

Six créations de théâtre, de danse, en cinq jours, sur les thèmes de l’amour, de l’engagement politique, de l’identité, de l’avenir, etc.
Options - Le journal de l'Ugict-CGT
L’affiche du Festival Eldorado. © Aglaë Bory pour le Théâtre de Lorient.

Depuis 2016, le comédien et metteur en scène Rodolphe Dana dirige la scène nationale de Lorient. Il propose, à la fin d’avril, la 6e édition du Festival Eldorado. Il en est dit ceci : « C’est un festival par et pour la jeunesse, ouvert et participatif […]. Il met à l’honneur les projets menés à l’année par le Théâtre de Lorient mais s’adresse aussi aux différents publics, lors d’ateliers de découverte ou de participation aux créations. »

Cela s’ouvrira avec Errances (mardi 26 avril à 19 heures et mercredi 27 avril à 13 et 17 heures, dans le grand théâtre), restitution d’un travail d’enseignement de pratique artistique conduit par Marie-Hélène Roig. En exergue du spectacle, il y a cette citation de Jack Kerouac, tirée de son récit Sur la route  : «  Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent.  »

Antoine Kahan présentera (le 26 à 20 heures et le 27 à 18 heures, au grand théâtre) Et nos enfants seront des philosophes rois, avec neuf enfants et adolescents de 11 à 18 ans. Un père, qui élève ses rejetons en autarcie, hors de toute conception conventionnelle, devra s’interroger sur la radicalité de ses méthodes après le suicide d’une de ses filles…

Robins. Expérience Sherwood, par le Collectif Le Grand Cerf Bleu, aura lieu le 26 avril à 18 heures et le 28 à 20 heures, au Studio. C’est, autour de la figure mythique de Robin des bois, une réflexion en actes sur le désir de transgression et la nécessité de réinventer des modèles et les valeurs économiques, politiques et structurelles de la société.

«  Se barrer dans son corps jusqu’à ne plus savoir où on est  »

Ma vie est un clip (le 27 avril à 20 heures), c’est de la danse, mise en jeu par Marinette Dozeville. C’est ainsi présenté  : «  Élan vital, irréfléchi, plaisir solitaire, danser chez soi, se barrer dans sa tête, se barrer dans son corps jusqu’à ne plus savoir où on est  ;  »

Il y aura aussi Ne pas finir comme Roméo et Juliette, théâtre-cinéma à partir de 12 ans (le 29 avril à 19 heures, le 30 à 20 heures, au Grand Théâtre), par la Cordonnerie, régie de Métilde Weyergans et Samuel Hercule. Une championne de tennis et un projectionniste. Tout les oppose, dans une fable «  surnaturelle et politique, et peut-être que ça finit bien ».

Enfin (le 29 à 21 heures, le 30 à 18 heures), place à la Chanson (reboot), spectacle conçu par Tiphaine Raffier, artiste associée. Trois amies d’enfance répètent un show de sosies du groupe suédois Abba, jusqu’au jour où l’une d’elles décide d’écrire ses propres chansons… 

Antoine Sarrazin

Théâtre de Lorient, 11, rue Claire-Droneau, à Lorient (56). Theatredelorient.fr