Chez Infopro Digital, un modèle financier qui met les Nao à rude épreuve

, ,
Options - Le journal de l'Ugict-CGT
DR
Dans ce groupe de presse professionnelle adepte des Lbo, les pigistes, salariés précaires et invisibles, ont mené une grève originale pour imposer leurs droits.

Présent dans l’automobile, la distribution ou l’assurance, le groupe Infopro Digital est le plus important groupe français de presse professionnelle. Il détient entre autres le Groupe Moniteur et ses titres phares comme Le Moniteur du BTP, La Gazette des Communes ou Le Courrier des maires. Une presse pour laquelle les abonnements sont payés par les collectivités ou déductibles des impôts pour les particuliers, ce qui lui vaut un taux de réabonnement de 90  %… et des bénéfices colossaux.

Rouleau compresseur social

Particularité de ce groupe de presse  : il étend son empire grâce à des montages financiers tels que le Leverage buy-out (Lbo, ou rachat avec effet levier). C’est par ce biais qu’Infopro Digital a racheté le Groupe Moniteur en 2014, via un fonds d’investissement qui a avancé l’argent, puis s’est remboursé avec les bénéfices réalisés par la nouvelle acquisition.

Entre 2001, date de création de la société, et 2019, le chiffre d’affaires d’Infopro Digital est passé de 23 à 445 millions d’euros. Aujourd’hui, son propriétaire, le fonds d’investissement anglo-américain TowerBrook, valorise Infopro Digital 2 milliards d’euros, contre 700 millions d’euros lors de son acquisition.

«  Un modèle court-termiste de maximisation de la rentabilité  »

Conséquences de cette financiarisation et de l’avidité sans fin du fonds d’investissement, «  un modèle court-termiste de maximisation de la rentabilité  »avec des conséquences «  sur la santé mentale et physique des salariés  », concluait fin 2021 un rapport d’expertise du cabinet Alterventions.

Conséquence également  : la précarisation des salariés. Dans les rédactions du Groupe Moniteur, il y a aujourd’hui beaucoup plus de journalistes à la pige que de journalistes postés, beaucoup plus de débutants (moins chers) que d’anciens, ce qui laissé parfois certains domaines sans couverture journalistique, faute de rédacteurs spécialisés.

Des salariés précarisés et jamais augmentés

«  Lors de mes premières Nao, j’ai réalisé que les pigistes n’avaient pas été augmentés depuis dix ans  », se souvient Pablo Aiquel, secrétaire général Cgt du Groupe Moniteur et élu au Cse. Rien d’étonnant d’ailleurs puisqu’ils n’avaient jamais été intégrés aux négociations obligatoires. Lorsque il s’en inquiète auprès de la direction, il se voit rétorquer  : «  Nous ne donnons pas suite à vos demandes  » – un classique du dialogue d’entreprise maison.

En avril une riposte syndicale se construit, plus particulièrement autour de la problématique des pigistes. Groupe Moniteur emploie quelque 200 pigistes par an, dont 70 très réguliers ou quasi permanents. Or, pour augmenter le prix du feuillet (le paragraphe qui détermine la taille et donc le prix d’un article à la pige), il n’y a pas d’autre voie que celle de la Négociation annuelle obligatoire.

Une mobilisation en plein confinement

Sous l’impulsion de Pablo Aiquel, en plein confinement pour cause de pandémie, une mailing-list à destination de l’ensemble des pigistes est ouverte. Le contact s’établit ainsi entre les journalistes, puis c’est la «  réunion zoom  » qui va s’imposer comme outil de mobilisation. Dans ces premières réunions, une stratégie se dessine. Des courriers à la direction d’abord. Puis des élus sont saisis. En mai 2021, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, interpelée au Sénat et à l’Assemblé nationale, tranche en faveur de la prise en compte des pigistes dans les Nao.

La direction cède. «  Nous savions que nous obtiendrions peu d’augmentations de salaires au cours de ces négociations. Mais le vent avait légèrement changé de sens, explique Pablo Aiquel. Il fallait néanmoins se préparer à ce round de négociation, construire la lutte en consultant les salariés, bâtir des propositions et continuer à mettre la pression.  »

Trois types d’action au choix

Mais comment rendre visible la grève d’un pigiste, salarié fluctuant, atomisé et donc invisible  ? Trois types d’action vont être retenus, permettant à chacun de peser selon sa situation durant la semaine de mobilisation décidée par les salariés  : soit empêcher la publication sur le site web des articles déjà parus au format papier  ; soit ne pas rendre un papier  ; soit refuser de couvrir un événement. Avec un point d’orgue, lors de la conférence de rédaction du lundi  : entre 11 heures et midi, chaque pigiste envoie un mail informant la rédaction de la modalité d’action qu’il a retenue.

«  Ça a été le branle-bas de combat, réunion d’urgence et gestion de crise à la direction, sourit Pablo Aiquel. L’éditeur a dû céder et accepter de ne pas publier les articles des grévistes.  » Les modalités de la mobilisation étaient reconnues et, de fait, validées.

Pour l’instant, des augmentations «  misérables  »

Sans grande surprise, au cours des négociations, Infopro Digital s’en est tenu à «  ne pas donner suite aux demandes des syndicats  » et les augmentations ont été «  misérables  »  : de l’ordre de 0,02  % des bénéfices de l’année précédente. Sur 100 euros de bénéfices, 2 centimes à partager entre les salariés les moins bien payés  !

Cependant Pablo Aiquel reste optimiste. «  Nous sommes parvenus à entraîner des salariés qui n’avaient jamais fait grève, et avons réussi à travailler ensemble, toutes organisations syndicales confondues.  » Certes, l’entreprise continue de privilégier une approche individuelle et refuse de collectiviser les augmentations, mais, pour la première fois grâce à la pression des salariés et de leurs représentants, «  nous avons pu obtenir des données chiffrées et détaillées sur la répartition de l’enveloppe des augmentations de salaires. Ce qui va désormais nous permettre de mieux construire nos revendications, pour mieux les imposer lors des prochaines Nao  ».

Jérôme Anconina