Bouteilles – Meursault, Domaine Boyer-Martenot

La 61e édition de la vente des Hospices de Nuits qui vient de se tenir confirme l’intérêt croissant porté à cette belle région de Bourgogne et à ses vins. Mais, au delà du geste caritatif louable, on a vu une pièce de premiers crus adjugée à 41 460 euros les 228 litres !

Cette vente met en évidence l’affolement des cours, produit d’une demande mondiale croissante et d’une spéculation effrénée. Du jamais-vu diront les organisateurs, une hausse de 30  % du chiffre réalisé par rapport à l’édition précédente  : 22 481 euros en moyenne pour une pièce de rouge contre 16 687 en 2021  ; 58 000 contre 27 000 pour la seule pièce de blanc.

En novembre 2021 la vente des Hospices de Beaune animée pas Sotheby’s avait déjà connu l’envol du prix moyen par pièce  : 34 980 euros contre 21 667 en 2020 !

Sauf à négocier très serré vos augmentations de salaire, je crains, amis lecteurs que ces vins vous échappent. Ils n’ont plus grand-chose à voir avec un produit de plaisir et de consommation, ils sont devenus une valeur spéculative que se disputent âprement les sociétés d’investissement qui draguent en permanence le vignoble à la recherche de ventes éventuelles de domaines. Ces ventes donnent le la et vont tirer les prix vers le haut.

Heureusement, deux mondes cohabitent, et il existe encore des vins de vigneron relativement accessibles. Profitez-en. Pour vos repas de printemps, je vous recommande les excellents meursault du domaine Boyer-Martenot, 10 hectares cultivés par la 4e génération. L’appellation, elle aussi, a évolué, jouant davantage sur la finesse et l’identité terroir que sur la puissance.

Déjà expressif dans sa jeunesse, c’est à maturité sur ses arômes plus évolués qu’il séduira en accompagnant un foie gras en terrine, des entrées à base de ris de veau, bouchées à la reine, vol-au-vent. Trois meursault village vous sont proposés. J’ai une préférence pour les Narvaux 2019 ( excellent millésime), un des meilleurs climats. Il est proposé départ cave à 35 euros. N’attendez pas trop, les stocks sont limités.

Georges Suliac