Échecs – Charousek peut remercier le golem

Un champion pauvre comme Job, mort dans la misère mais sauvé de l’oubli par un roman mettant en scène cet être surnaturel issu de la mythologie juive… C’était le Tchèque Rudolf Charousek, féru de gambit du roi.

Par Éric Birmingham

Le résumé de la vie de Rudolf Charousek (1873-1900) est affreusement triste. À 16 ans, il découvre le jeu d’échecs et abandonne ses études pour devenir joueur professionnel. Il vit ses premières années d’adulte dans une grande pauvreté. Sous-alimenté, affaibli, il contracte la tuberculose et succombe à seulement 26 ans. Malgré une victoire en partie officielle sur Emmanuel Lasker, le champion du monde en titre, et quelques 1ers ou 2es prix dans des tournois internationaux, Rudolf Charousek occupe une place très modeste parmi les champions de l’histoire du jeu.

En 1915, l’écrivain autrichien Gustav Meyrink publie un premier roman qui sera aussi son plus célèbre  : Le Golem. Le folklore yiddish a puisé dans le Talmud cet être artificiel, humanoïde fait d’argile, dépourvu de la parole et de libre-arbitre, façonné pour assister ou défendre son créateur.

À la sortie du livre, Rudolf Charousek est mort depuis quinze ans. Or dans l’ouvrage, Meyrink dresse le portrait d’un jeune médecin  : Innocent Charousek, un personnage extrêmement intelligent qui prépare et exécute l’assassinat du brocanteur Wassertrum comme on élabore un plan aux échecs. Ainsi, grâce à Gustav Meyrink, la mémoire du champion d’échecs oublié et mort trop jeune va survivre  !

Le véritable Charousek est né à Lomeček, tout près de Prague. De son côté, Meyrink a habité Prague pendant une vingtaine d’années  ; il a souvent utilisé cette ville comme cadre de ses romans. L’ouverture favorite de Rudolf Charousek était le gambit du roi, qui mène souvent à des positions tranchantes. Ses amis ont raconté qu’il était tellement pauvre qu’il ne pouvait acheter de livres d’échecs. Il allait dans les bibliothèques publiques pour recopier les ouvrages d’ouvertures théoriques.

Au tournoi de Nuremberg, avec 8,5 points en 18 rondes, Rudolf Charousek termina à la 12e place sur 19 participants. Cependant, il provoqua une énorme sensation en battant le champion du monde, à la dernière ronde… avec un gambit du roi.

___________________

Rudolf Charousek-Emanuel Lasker

Tournoi de Nuremberg (19e ronde), Allemagne, 1896. Gambit du roi.

1. e4 e5 2.f4 exf4 3. Fc4 d5 4. Fxd5 Dh4+ 5. Rf1 g5 6. Cf3 Dh5 7.h4 Fg7 (7…g4 8. Cg5 Ch6 9.d4 est agréable à jouer pour les blancs.) 8. Cc3 c6  ? ! (8…h6 fut joué avec succès par Pillsbury contre Schlechter à Vienne en 1903.) 9. Fc4 Fg4 10.d4 Cd7 11. Rf2  ! (menace 12.hxg5 et la tour h1 attaque la dame noire.) 11… Fxf3 12.gxf3 (12. Dxf3  ? Fxd4+) 12…0–0–0 13.hxg5 Dxg5 14. Ce2 (gagne le pion f4.) 14… De7 15.c3 Ce5 16. Da4 Cxc4 17. Dxc4 Cf6 18. Fxf4 (les blancs ont un pion d’avance et une position solide. Le roi est parfaitement à l’abri en f2.) 18… Cd7 19. Da4 a6 20. Da5 (menace 21. Dc7 mat.) 20… Cf8

(voir diagramme)

21. Cg3  ! (le cavalier va être magnifique en f5.) 21… Ce6 22. Cf5 Df8 23. Fg3 Td7 24. Cxg7 (la suite est simple et efficace, mais encore plus fort était  : 24.d5  ! cxd5 25.exd5 Dc5+ ((25… Cc7 26. Th4+-)) 26. Dxc5+ Cxc5 27. Cxg7+-) 24… Dxg7 25. De5 (force l’échange des dames et gagne un deuxième pion.) 25… Dxe5 26. Fxe5 f6 (26… Tg8 27. Txh7+-) 27. Fxf6 Tf8 28. Th6 Cf4 29. Re3 Cg2+ 30. Rd2 Tdf7 31.e5 Cf4 32. Tah1 Tg8 33.c4 Ce6 (après  : 33… Tg2+ 34. Re3 Ce6 35. Txh7 Txh7 36. Txh7 Txb2 37.d5+-) 34. Re3 Cf8 35.d5 Td7 36.e6 (Lasker abandonne.) 1–0

___________________

Rudolf Charousek-Jacob Wollner

Tournoi de Košice, Empire austro-hongrois, 1893. Gambit danois.

1.e4 e5 2.d4 exd4 3.c3 dxc3 4. Fc4 Cf6 5. Cf3 Fc5 6. Cxc3 d6 7.0–0 0–0 8. Cg5  ! ? h6 ? ! (8… Cc6  ! ?) 9. Cxf7  ! Txf7 10.e5  ! Cg4  ? (10… Ch7) 11.e6 Dh4 12.exf7+ Rf8 13. Ff4 Cxf2 14. De2  ! Cg4+ 15. Rh1 Fd7 16. Tae1 Cc6 17. De8+ ! ! Txe8 18.fxe8D+ Fxe8 19. Fxd6# 1–0

___________________

Le problème du mois

Étude de L. Kubbel, 1939. Les blancs jouent et gagnent.

La solution