Hold-up sur les lycées professionnels et sur l’argent de l’apprentissage

,
Options - Le journal de l'Ugict-CGT
Une large intersyndicale de personnels des lycées professionnels a appelé à la grève, le 18 octobre. ©Ip3 Press/Maxppp
En plus des milliards de subventions publiques à l’apprentissage, les entreprises vont bénéficier d’une énième réforme de l’enseignement professionnel. Grève le 18 octobre.

« Le président Macron persiste à vouloir imposer sa réforme des lycées professionnels calquée sur le modèle de l’apprentissage. La méthode ne change pas : aucun bilan de la réforme précédente, aucune concertation en amont de cette annonce brutale accompagnée d’une feuille de route tardive (et floue), alors que des décisions lourdes de conséquences sont en préparation. »  Ainsi commence l’appel à la grève le 18 octobre lancé par une large intersyndicale de personnels des lycées professionnels (Cgt, Cnt, Unsa, Snalc, Fsu, Fo, Sud, Sgen-Cfdt Créteil Paris Versailles) qui demandent l’annulation de cette réforme, prévue pour la rentrée 2023.

Emmanuel Macron en a tracé les principaux axes mi-septembre, sans pour autant s’attarder sur les dégâts collatéraux des orientations préconisées. Estimant  – contrairement aux enseignants, qui souvent viennent du secteur privé – que les lycées professionnels (Lp) ne sont pas assez en phase avec le monde de l’entreprise, il envisage une augmentation de 50 % des périodes de stages, actuellement de douze à seize semaines annuelles en Cap (100 000 élèves) et de vingt-deux semaines pour les quelque 500 000 lycéens en bac pro. Il souhaite que des aides publiques participent à mieux rémunérer les temps en entreprise, et pour faciliter une rapide insertion professionnelle de ces élèves, que les régions et les bassins d’emplois puissent faire valoir auprès des Lp les profils des postes dont ils ont besoin…

Priorité aux besoins urgents des entreprises, pas à la poursuite d’étude

Pour les enseignants, une telle réforme détourne la vocation des lycées professionnels. Tout d’abord, parce qu’elle va encore supprimer des volumes horaires dans les enseignements généraux – français, langues, maths, droit ou gestion – pourtant indispensables aux élèves, qui en majorité ont connu des parcours scolaires difficiles et vivent dans des familles socialement défavorisées.  Depuis la création du bac pro en 1985 – qui s’obtenait en quatre ans jusqu’en 2009 –, les élèves ont perdu 1 350 heures d’enseignement général. Par ailleurs, ne pas leur donner le temps de combler leur lacunes, c’est compromettre un peu plus leurs possibilités de poursuivre des études supérieures, en particulier en Bts, ce qui était pourtant la raison d’être de la création du bac pro.

Compte tenu des pressions à la productivité pesant sur les salariés, rien ne garantit non plus que les entreprises proposent pour autant des contrats d’apprentissage assurant un accueil et un encadrement de qualité. Tous les abus sont donc possibles, d’autant que ces jeunes, en Cap comme en bac pro ne se trouvent pas en situation de se protéger contre des personnes qui vont valider leur diplôme. Reste aussi qu’aucune entreprise ne dispose de plateaux techniques équivalents à ceux des Lp, en capacité de permettre aux jeunes apprenants d’assimiler un large éventail des compétences et d’acquérir des qualifications solides et reconnues. Seuls les LP leur permettront à l’avenir d’évoluer dans un métier ou un poste, y compris hors de leur région, et de s’adapter aux futurs emplois.

C’est d’ailleurs un peu pour cela que la réforme veut imposer aux lycées pro une présence accrue des entreprises et un droit de peser sur les contenus de formation. Malheureusement, il est à craindre que seule compte l’adaptabilité à leurs besoins immédiats, c’est-à-dire aux postes vacants difficiles à pourvoir, souvent pour de bonnes raisons : ils sont soit pénibles, soit sans perspectives, soit mal payés et peu reconnus, voire tout cela en même temps ! Les syndicats d’enseignants ne prétendent pourtant pas que la carte des formations ne se doit pas d’être évolutive, mais à condition de penser les métiers d’avenir à l’aune de « l’intérêt général du pays, au prisme des grands enjeux écologiques, de la prise en charge du grand âge, de la nécessaire réindustrialisation, du numérique, etc. ».

L’apprentissage dopé par l’argent public, solution contre … les statistiques du chômage

Cette réforme n’a donc pas pour objectif d’améliorer les premiers mois dans la vie professionnelle ni l’employabilité des jeunes qui n’ont pas pu suivre la voie générale. Elle contribuera de plus à les écarter encore davantage de l’enseignement supérieur. Et ce n’est pas la mise en avant de l’apprentissage qui changera la donne, puisque malgré un bond phénoménal des jeunes en apprentissage grâce aux aides publiques (800 000 contrats d’apprentissage signés fin 2021 contre seulement 480 000 en 2019), l’apprentissage a jusqu’à présent surtout concerné des formations post-bac (à au moins 75  %).

La formule a certes permis à des jeunes de milieux modestes de poursuivre des études parfois très coûteuses, en école d’ingénieurs par exemple, les bourses s’avérant notoirement insuffisantes pour se loger et étudier sans travailler. Mais comme le dénonçait la Cour des comptes dans un rapport fin juin, de nombreuses entreprises ont profité de l’aubaine sans toujours avoir l’intention de bien former ou d’embaucher ces jeunes, leur intérêt se limitant parfois à accueillir des apprentis ou des alternants, moins payés, à des postes où elles devraient embaucher en Cdi. Pour rappel, à la signature du contrat, elles touchent 5 000 euros pour un alternant, apprenti ou contrat de professionnalisation de moins de 18 ans, et même 8 000 euros s’il est majeur, et jusqu’au niveau master.

La Cour des comptes signale aussi que de nombreux établissements ou écoles privées, qui coûtent des milliers d’euros, se sont organisés pour attirer des jeunes (et leurs familles) angoissés par leur insertion dans l’emploi, en leur faisant miroiter un contrat d’apprentissage et un débouché professionnel parfois illusoire. Elle a préconisé de mettre fin à ce système d’aides publiques, qui rien qu’en 2022 pourrait accuser un « déficit comptable » de 6 milliards d’euros par rapport à l’enveloppe envisagée. France Compétences, qui finance le dispositif, a ainsi essayé fin août de resserrer le robinet en contrôlant mieux les demandes. En vain. Il faut dire que d’après l’Observatoire français des conjonctures économiques, il expliquerait pour deux tiers la baisse du nombre de chômeurs en France… Si c’est bon pour les statistiques du chômage…

C’est aussi tout bénéf pour l’Éducation nationale : beaucoup d’enseignants des Lp vont perdre leur poste, mais un décret publié en juin prévoit qu’ils pourront être affectés dans des collèges, lycées ou établissements supérieurs généralistes. Qu’ils puissent, ou non, y exercer leurs compétences initiales, cela permettra en tout cas de combler un peu la pénurie d’enseignants qui y fait rage. Quoi qu’il en soit, le 18 octobre, les 65 000 enseignants des Lp entendent rappeler que l’alternance en lycée professionnel peut et doit répondre à d’autres ambitions : mieux aider, encadrer, former, des élèves qui ont plus que les autres besoin de continuer à apprendre pour pouvoir s’insérer dans des parcours de vie personnelle et professionnelle leur offrant un avenir sur le long terme.

Valérie Géraud