Bouteilles – Vendanges 2022

Même si la tendance de fond au réchauffement, au manque d’eau et aux aléas printaniers reste inquiétante, le sourire est revenu dans les chais. Le millésime 2022 sera qualitativement très bon et quantitativement correct dans la plupart des régions. Il était temps. Après une production historiquement faible en 2021, les vendanges de cette année permettront presque partout de remonter les stocks.

La sécheresse de l’été a eu le mérite de tenir les maladies à l’écart d’une récolte finalement de belle qualité.

Mais de nombreux viticulteurs ont été contraints d’avancer leur date de vendanges de près de trois semaines, les fortes chaleurs ayant accéléré la maturation du raisin. Le record national revenant au domaine Champ-des-Sœurs en appellation Fitou, avec un muscat récolté le 25 juillet ! Ce qui crée des problèmes inédits de recrutement et de logement des vendangeurs en plein cœur de la saison touristique.

Les pluies bienvenues en fin de cycle de la vigne ont permis de récolter un raisin sain, gorgé de soleil, à la maturation idéale.

Très bonne récolte en Champagne en quantité et qualité. Dans le Beaujolais, où la quantité reste inférieure à la moyenne, le 2022 rejoindra les grands millésimes 2009, 2015 et 2018, aussi charnus et juteux qu’aromatiques et expressifs. En Languedoc-Roussillon, il fera aussi partie des grands millésimes. Dans le Bordelais, on annonce un millésime solaire mais les volumes récoltés restent encore faibles. En Provence, la vendange devrait permettre de satisfaire une demande de rosés en progression constante. En Bourgogne, la récolte arrive à point nommé pour redonner du souffle à une appellation marquée par les faibles rendements des trois années précédentes.

Dame Nature, disent les vignerons, a toujours le dernier mot. Mais la recherche progresse partout pour mieux la comprendre et trouver des solutions tout en la respectant. À suivre.

Georges Suliac