Retraites, salaires, redevance audiovisuelle : le choix de l’affrontement,
par Sophie Binet, secrétaire générale de l’Ugict-Cgt

2,7 %, c’est la baisse enregistrée depuis un an par les salaires des cadres et professions intermédiaires selon la DARES, qui l’évalue à 2 % en moyenne pour le reste du salariat [1]. Les salaires, en euros constants, ont donc davantage baissé pour les cadres et professions intermédiaires que pour l’exécution.

Pourquoi ? Parce que le SMIC – et c’est heureux ! – joue un rôle protecteur avec ses mécanismes d’indexation automatique sur les prix. Rien de tel sur les autres salaires. Pire, quand il y a des mesures d’augmentations collectives arrachées dans les entreprises, les cadres en sont souvent exclus, renvoyés vers des mesures discrétionnaires et individuelles. Selon le gouvernement, 70 % des  branches ont des minima inférieurs au SMIC[2]. Certes, si le minimum conventionnel est inférieur au Smic, l’employeur doit combler l’écart, un.e salarié.e ne pouvant pas être rémunéré.e en dessous. Mais lorsque plusieurs niveaux d’ancienneté ou de qualification sont rattrapés par le Smic, cela génère une concentration accrue de salarié·e·s autour du Smic. Nous assistons donc à un tassement des grilles rarement connu. C’est ce que confirme l’Agence pour l’emploi des cadres (l’APEC) dans sa dernière étude, qui pointe une forte augmentation du nombre de cadres insatisfaits de leur rémunération[3].

Alors que les profits et les dividendes atteignent des records, les luttes se multiplient dans les entreprises, avec une forte implication de l’encadrement, d’Ernst and Young à Cap Gemini en passant par le secteur des transports (ADP, RATP, SNCF, Ryanair…), de l’énergie (Total, EDF, RTE et Enedis…), celui des banques et assurances ou encore de la métallurgie (Soitec, Ratier Figeac, Thalès…). Le patronat refuse de négocier et veut à tout prix préserver ses marges en répercutant l’augmentation des matières premières sur les consommateurs et les salarié.e.s. Une stratégie permise par les reculs introduits par les réformes du code du travail de 2016 et 2017 qui lui donnent les moyens de passer en force et de comprimer les salaires.

Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi. Jusqu’au tournant de la rigueur en 1982, l’échelle mobile des salaires, permettait d’indexer automatiquement l’ensemble des salaires sur l’augmentation des prix. C’est ce qui a permis de garantir le pouvoir d’achat des salarié.e.s. malgré des périodes de forte inflation. Un dispositif très simple que la CGT propose de rétablir pour empêcher le déclassement. Autre mesure très efficace  : le conditionnement des aides publiques aux entreprises, qui atteignent près de 200 milliards par an. Conditionner le bénéfice de ces aides à la conclusion d’un accord sur les salaires dans les entreprises et les branches serait très fortement incitatif. Enfin, le gouvernement pourrait aussi par exemple sanctionner les entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale.

Las, aucune de ces dispositions n’est prévue par le projet de loi «  pouvoir d’achat  », qui multiplie au contraire les primes et les exonérations de cotisations. Résultat  : le creusement de la dette de la sécurité sociale. Un argument en or pour justifier des réformes régressives en matière de retraite ou d’assurance chômage. Et c’est ce qu’a confirmé Elisabeth Borne en reprenant le sempiternel «  il va falloir travailler plus longtemps  ». Alors qu’une large majorité de français.e.s y est opposée, que le gouvernement n’a pas de majorité au parlement, il s’entête à vouloir imposer une réforme des retraites. Cerise sur le gâteau  : il prétend répondre au pouvoir d’achat en supprimant la redevance audiovisuelle, qui garantit l’indépendance de notre audiovisuel public. Une provocation inacceptable et irresponsable. Alors que l’inflation complique les fins de mois de toujours plus de français.e.s, que nous assistons à une 7e vague de Covid, que la crise environnementale et la guerre en Ukraine menacent la sécurité alimentaire mondiale, le gouvernement devrait chercher à rassembler pour répondre à ces enjeux clés. Au lieu de cela, il jette de l’huile sur le feu et choisit l’affrontement. Nous serons au rendez-vous pour défendre nos droits. Le 22 septembre aux côtés des soignant.e.s pour défendre notre service public de santé et le 29 pour exiger une juste reconnaissance de nos qualifications et refuser le report de l’âge de départ en retraite. Ce sont les salaires qu’il faut augmenter pas l’âge de la retraite  !


[1] https://dares.travail-emploi.gouv.fr/publication/evolution-des-salaires-de-base-dans-le-secteur-prive-T12022p

[2] https://www.lavoixdunord.fr/1199234/article/2022-06-28/salaires-dans-70-des-branches-les-minimums-conventionnels-sont-inferieurs-au

[3] Baromètre 2022 de la rémunération des cadres, juin 2022 https://corporate.apec.fr/home/nos-etudes/toutes-nos-etudes/barometre-2022-de-la-remuneration-des-cadres.html