Platines – Un violoncelle Gaillard pour  Geminiani

Une idée assez répandue voudrait que la vie musicale à Londres se soit arrêtée à la mort de Purcell, en 1695. Ce serait oublier que la ville a déroulé le tapis rouge devant Haendel, mais aussi ouvert grand ses bras aux artistes italiens  : Francesco, Giovanni Battista Cirri, Nicola Porpora, notamment.

Les musiciens de la Couronne étaient aussi très actifs. Charles Avison, élève de Geminiani, connut le succès avec ses transcriptions pour orchestre de sonates de Domenico Scarlatti.

James Oswald se fit remarquer avec ses Scottish Folk Tunes qui se glissèrent ensuite dans la tradition viennoise et madrilène. C’est autour de ces compositeurs et de l’Allemand Johann Adolph Hasse que la violoncelliste Ophélie Gaillard a conçu le programme de son nouvel opus.

Un disque haut en couleurs et réjouissant, à l’image de cette Folia jubilatoire, version Geminiani, ou du concerto pour violoncelle en sol majeur, de Porpora, à savourer sans attendre, comme les airs écossais de James Oswald.

À noter, enfin, la présence de l’irrésistible mezzo Lucile Richardot dans une mélodie du même Geminiani, et de Sandrine Piau, toujours aussi lumineuse, dans un air d’Alcina, de Haendel. 

Ulysse Long-Hun-Nam

Options - Le journal de l'Ugict-CGT

A Night in London
Ophélie Gaillard, Ensemble Pulcinella,
1 CD Aparté, 18 euros.