Échecs – Carl Schlechter, un homme trop modeste

Cet Autrichien courtois, humble et modeste, ne jugeait pas déshonorant d’aller chercher la partie nulle.

Par Éric Birmingham

Au tout début du XXe siècle, un jeune Viennois se hissa parmi les meilleurs joueurs d’échecs du monde. Carl Schlechter est né le 2 mars 1874 à Vienne. Il est resté célèbre pour avoir annulé un match contre le champion du monde et son nom a été donné à deux lignes d’ouverture  : dans le gambit danois et dans la défense slave.

En janvier et février 1910, à Vienne, Emanuel Lasker, le champion du monde d’échecs, eut très peur. Il faillit perdre son titre face à ce frêle Autrichien de 36 ans, inconnu du grand public. Après dix confrontations, le match s’arrêta sur le résultat de parité 5 points à 5. C’est seulement en remportant la dernière partie que Lasker parvint à conserver son titre.

Carl Schlechter était un homme très courtois, humble et modeste. Il ne reculait pas devant le match nul dans ses parties de compétition. Au cours de sa carrière, contre Géza Maróczy notamment, il disputa 32 parties et il en annula 29  ! Siegbert Tarrasch l’avait surnommé «  le maître de la nulle  ». Il avait la réputation de jouer pour annuler contre les forts et de forcer un peu plus afin de s’imposer face aux plus faibles.

Malgré cette tendance peu belliqueuse sur l’échiquier, il enregistra des résultats exceptionnels sur le circuit international. Hélas, la Première Guerre mondiale brisa tous ses espoirs. Sans ressources, Carl Schlechter fut anéanti par la famine et l’épuisement. Il était peut-être doté d’un caractère trop paisible pour lutter. Très affaibli, il mourut à Budapest d’une pneumonie, en 1918. Il n’avait que 44 ans.


Un de ses premiers efforts :

Schlechter-Kern

Berlin, 1893. Défense Petrov

1.e4 e5 2.Cf3 Cf6 3.d4 exd4 4.e5 De7 5.Fe2 Cg4 6.Dxd4 d6 7.exd6 cxd6 8.0–0 Cc6 9.Fb5 Fd7 10.Fxc6 bxc6 11.Te1 Fe6 12.Fg5 f6 13.Ff4 Ce5 14.Cc3 Dd7 15.Cxe5 ! dxe5 (15…fxe5 16.Fxe5 transpose dans la suite de la partie.) 16.Fxe5 fxe5 17.Dxe5 Rf7 18.Tad1 De7 19.Ce4 ! Fd5 (sur : 19…h6 20.Cc5 Fg4 21.Df4+ Df6 22.Dxg4+-) 20.Df5+ Rg8 21.Txd5 ! cxd5 22.Dxd5+ Df7 23.Dxa8 h6 24.Cd6 Dxa2 (24…Dg6 25.Dd5+ Rh7 26.Cf5 Fb4 27.Te6 Dg5 28.Txh6+ ! Dxh6 ((28…gxh6 29.Df7+ Dg7 30.Dxg7#)) 29.Cxh6 Rxh6 30.De4 !+-, attaque le Fou et menace Dh4+) 25.Dxf8+ ! Rxf8 (25…Rh7 26.Df5+ g6 ((26…Rg8 27.Te8#)) 27.Dd7+ Rg8 28.Te8#) 26.Te8# 1–0


Une victoire face au champion du monde en titre.

Carl SchlechterEmanuel Lasker

Cambridge Springs, États-Unis (11e ronde), 1904. Gambit dame.

1.d4 d5 2.c4 e6 3.Cc3 Cf6 4.Fg5 Fe7 5.e3 0–0 6.Cf3 b6 7.Fd3 Fb7 8.cxd5 exd5 (aujourd’hui, nous savons que : 8…Cxd5 9.Fxe7 Dxe7 est plus facile à jouer du côté noir) 9.Ce5 c5 10.Tc1 Cc6 11.0–0 Cxe5 12.dxe5 Ce8 13.Ff4 f5 14.Dc2 g5 ! ? (14…Dd7 15.g4 ! ?) 15.Fg3 f4 ? ! (15…Cg7 était plus raisonnable) 16.Fxh7+ Rh8 17.Dg6 ! Cf6 (17…fxg3 ? 18.Fg8 ! ! Cf6 ((18…Txg8 19.Dh6#)) 19.exf6+-) 18.exf6 Txf6 19.Dh5 Rg7 20.Dxg5+ ! Rxh7 21.Fxf4 (les blancs ont gagné deux pions et le roi noir n’a plus beaucoup de protection) 21…Tg6 22.Dh5+ Rg7 23.Tfd1 d4 24.Fg3 (évite …Txg2+) 24…Tg5 25.Fe5+ Rg8 26.Dh8+ Rf7 27.Dh7+ Re6 28.Fg3 dxc3 (dans une position difficile, Lasker tente quelque chose) 29.Txd8 cxb2 30.Tdd1 (le plus fort et le plus simple) 30…bxc1D 31.Txc1 (Schlechter a la Dame et deux pions pour tour et fou. De plus, le roi noir est toujours très exposé) 31…Td8 32.f4 Tgd5 33.e4 Td1+ 34.Txd1 Txd1+ 35.Rf2 Td4 36.f5+ Rd7 37.e5 (c’est fini, les deux pions passés sont terrifiants et les Noirs n’ont pas de contre-jeu) 1–0


Une jolie combinaison de mat.

Carl SchlechterKornél Havasi

Kosice, Slovaquie (2e ronde), 1918. Partie espagnole.

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 Cf6 4.0–0 d6 5.d4 Fd7 6.Cc3 Fe7 7.Fg5 exd4 8.Cxd4 0–0 9.Fxc6 bxc6 10.Dd3 Cg4 (une manœuvre simplificatrice pour soulager la défense) 11.Fxe7 Dxe7 12.f4 (contrôle la case e5) 12…f5 13.Tae1 (sur : 13.exf5 De3+ 14.Dxe3 Cxe3 15.Tfe1 Cxf5=) 13…Df7 14.h3 fxe4 15.Cxe4 Cf6 16.Cg5 (chasse la Dame de l’aile Roi) 16…Dd5 17.c4 (cette fois, du centre) 17…Da5

18.Te7 ! (menace 19.Txd7 et si 19…Cxd7, 20.Dxh7 mat) 18…Tfd8 (après : 18…h6 ? 19.Dg6+- et sur  : 18…c5 19.Cde6 Fxe6 20.Txe6 Tf7 21.Txf6 gxf6 22.Cxf7 Rxf7 23.Dxh7++-) 19.Cxh7 ! ! (un choc, Havasi abandonne, car après : 19…Cxh7 20.Dg6suivi du mat en g7) 1–0


Étude de A. Kuznetsov, 1972

Les blancs jouent et gagnent.

La solution