Platines – Modeste Moussorgski

Moussorgski, aussi, se disait intime avec «  le génie du peuple  ». Et bien qu’ayant grandi dans une famille de vieille noblesse, il était imprégné des idées de Proudhon et de la Commune de Paris. Pianiste de formation, il excella dans l’écriture de miniatures. Ses Enfantines, un cycle pour chant et piano, en sont une illustration avec les Tableaux d’une exposition. Hommage au peintre et architecte Viktor Hartmann, les Tableaux sont une succession de dix pièces entrecoupées par une promenade qui assure la continuité de la visite. L’univers fantasmagorique s’appuie sur des personnages et des éléments du folklore russe  : Gnomus, à la démarche étrange, moqueur et capricieux, inquiétant par ses dissonances  ; la sorcière Baba-Yaga, aux multiples facettes, avec laquelle s’engage une course-poursuite. Éminent spécialiste de Franz Liszt, Michele Campanella livre une lecture habitée, engagée et claire, inventive, entre envoûtements et fulgurances : les brèves arabesques en staccato pour figurer une dispute d’enfants (Tuileries) ; une succession d’accords rapides et légers pour simuler le Ballet des poussins dans leurs coques  ; les accents tristes et rêveurs d’Il Vecchio Castello  ; des changements de timbres rapides et une mélodie qui se fragmente sous les conversations au marché (Limoges)… D’une maîtrise aboutie malgré la difficulté technique, ces Tableaux d’une exposition sont un pur émerveillement.

Michele Campanella, Moussorgsky/Scriabin. Dreams ans Tales, 1 Cd Odradek, 20 euros.

Ulysse Long-Hun-Nam